Koh Paghan avait laissé des traces, et en prenant le bateau pour Koh Tao (« l’île de la tortue » – retenez donc que « Koh » signifie « île » en Thai), nous étions toujours en quête du repos, le vrai, celui de la plage, loin des soirées agitées qui rythmaient notre quotidien thaïlandais.

Encore une fois : raté ! Koh Tao, plus petite, nous a certes offert une décontraction plus prononcée qu’à Paghan, mais de la à parler de repos…Il ne fallait pas non plus rêver.

Nous avions cette fois-çi troqué notre jeep contre scooters et motos, et si le tour de l’île est vite fait, j’ai particulièrement aimé cette dimension plus humaine…

L’anecdote (un peu traditionnelle maintenant sur ce blog !) liée à l’endroit est cette fois-çi un peu moins drôle : alors que je ramenais la moto que j’avais loué pour quelques jours, son propriétaire s’est alors mis en tête de créer de toute pièce des dommages sur l’engin. Alors que j’avais juste égratigné une poignée, on m’annonce que je vais devoir m’acquitter de 9000 baths, étrangement ramené à 5000 parce que « je suis sympa d’avoir loué la moto quelques jours« . On croit rêver. Furieux, j’annonce net mon refus de payer, et demande mon passeport. 5000 baths : presque une semaine de location de jeep. Pas loin de 100 euros en Thaïlande : de la folie pure.

Alors que je fait part de ce refus de façon ferme, mon interlocuteur devient menaçant, et après quelques échanges virulents (j’ai beau être quelqu’un de zen, il y a des limites) saisit une batte de baseball (!!!) et se met à essayer de me frapper, dans l’enceinte même de son magasin ! J’évite un premier coup et sors en courant à la recherche d’un policier. Première erreur, et vous l’apprendrez peut-être à votre dépend : les thaïlandais sont tous « ensembles« . Nous revenons dans le magasin ensemble et notre escroc nous accueille tout sourire, comme si de rien n’était. Je montre l’endroit d’ou a été sortie la batte, elle ne s’y trouve bien évidemment plus, l’escroquerie peut donc continuer. Ils parlent en thaï, rigolent entre eux, et le policier me fait très rapidement comprendre qu’il n’y à pas de problème, et que je ferai mieux de payer si je veux revoir mon passeport. Je bouillonne de l’intérieur, me met dans la tête d’obtenir gain de cause à ma façon et décide de camper devant le magasin, histoire de prévenir du risque encouru le moindre touriste intéressé par une location.

Quelques minutes plus tard passent alors trois espagnols, que je met rapidement au parfum sur les méthodes employées. Ils me remercient, sous le regard tueur de sa femme se met alors à hurler un nombre impressionnant de mots à la minute. Je reste néanmoins face au couple d’arnaqueur sans broncher. Pas question de se dégonfler, et lorsque une jeune Israëlienne s’approche, rebelote. La tension monte d’un cran, la situation s’envenime, notre homme va alors m’annoncer le plus calmement du monde qu’il va me retrouver et me tuer. Il ferme son magasin en me fixant des yeux avec ce regard qui me fait froid dans le dos. Je réalise que je suis peut-être allé un peu loin. Je ne le reverrai plus.

Bien entendu avec le recul, je ne suis pas très fier d’avoir agit de la sorte car on ne sait jamais sur qui on peut tomber. Il me restait une semaine à passer sur l’île et mon bungalow était plus ou moins voisin de son magasin (Par précaution et parce que je n’étais pas seul dans le bungalow, j’ai fait changer le nom sous lequel nous étions enregistrés). J’ai peut-être apaisé ma fureur, mais on ne plaisante pas avec un thaï en colère. Tenez vous le pour dit !

Mais à l’instar de Bangkok, il n’est pas question de généraliser mon séjour sur place sous prétexte d’une mauvaise expérience. Car Koh Tao, c’est véritablement mon coup de coeur Thaïlandais. C’est sur cette île que j’ai pu y voir les plus beaux couchers de soleil de mon existence. Si vous ne me croyez pas, je vous laisse apprécier le spectacle, car personnellement je ne m’en lasse pas.

À Koh Tao, j’ai plongé pour la première fois de ma vie en bouteilles (gratuitement – on remercie  le blog et la chance). Une expérience incroyable. C’est drôle d’ailleurs parce que je suis assez régulièrement le blog de Corinne et avant mon départ, cette fanatique de plongée m’avait fait pas mal rêver à base de Thaïlande concentrée.

Préparation intense de Jon

Cette première approche du monde sous-marin m’a sidéré, comblé. A la hauteur de toutes mes attentes. Cette sensation de liberté que l’on peut éprouver au milieu de la faune marine ne peut laisser indifférent. Je comprends maintenant à quel point on peut devenir accro à cette pratique…

A Koh Tao, j’ai également fait pas mal de snorkeling. Je n’avais pas le budget pour investir dans un caisson caméra étanche, et quel dommage : aujourd’hui, ce que je retiens de mes plongées à Koh Tao, c’est des centaines de poissons multicolores tout autour de soi, de sublimes coraux, des petits requins si l’on a de la chance (et des requins baleines si l’on en a encore plus !).

Reste maintenant à gérer l’envie furieuse d’y retourner pour passer mon PADI. Je n’ai vécu qu’une initiation. Mais quelle initiation…De quoi s’en souvenir un moment.

À Koh Tao, j’ai aussi vu des belles plages et si Sairee (la plage principale de l’île ou se bousculent resorts, restaurants et bars) est sympa pour son orientation face au soleil couchant, le must de ce que nous avons pu voir sur place se résume à Freedom Beach pour le côté iddylique (Je vous en laisse seuls juges, vous l’apercevrez à la seconde 28 du film. à suivre) de sa plage et son emplacement par rapport à Shark Island (si vous voulez voir des requins, rendez vous par là-bas tenter votre chance).

Freedom beach

Hin Wong pour le côté surnaturel et relaxant (j’y suis allé trois fois, il n’y avais presque personne) d’une session snorkelling sur place. J’ai eu la chance de faire du snorkeling au Mexique, en Jamaïque et au Belize, et jamais je n’avais vu tel rassemblement de poissons. De toutes les couleurs, de toutes les sortes, de toutes les tailles ! Quelques barracudas de passage, requins et même un « crocodile needlefish » que j’ai eu la chance d’approche de près. Impressionnant !

Hin Wong

Mango Bay est également un emplacement de choix et au final, même si les bateaux de plongeurs sont assez nombreux, aucun sentiment d’embouteillage sous l’eau.

« A A A la queue leue leue… »

Mais cette île, c’était encore et toujours des rencontres, et nous avons passé un peu de temps avec Tosh, le professeur de plongée de Jon (qui lui avait le budget PADI…), sa femme Vici, quelques partenaires de plongée dont Joe et Laura, un très sympathique couple d’anglais, sans oublier Anne et Nastasia qui étaient toujours avec nous. Il y aura Lisa et Fleur, ces deux hollandaises adorables (que j’ai d’ailleurs aiguillé chez un ami à Singapour quelques temps après), Lisa (une française faisant ses études en Australie), Jennifer (Anglaise), Mili (Israël), Trent (Australie)…Sans compter nos voisins de bungalow à Koh Paghan qui étaient de passage quelques jours plus tard et tous ceux que j’ai pu oublier…

Romain, Jon, Fleur et Lisa

Difficile de décanter tout ça, mais pour faire clair, sachez donc que Koh Tao, c’est un peu…

Koh Tao, la fin de mon séjour en Thaïlande. . On dit au revoir aux copains, on reprend son sac et on repart sur la route. Direction la Malaysie.

(Mais avant promis, on fera un peu de plongée ensembleOh yeah.)