It’s time to move forward

La boucle est bouclée. Le projet Romain World Tour se termine ici comme il a commencé, par un article soigneusement préparé.

Un cycle se termine, un autre débute.

J’ai débuté ce blog fin 2007, à l’époque ou je cherchais des informations sur l’organisation d’un tour du monde. Je n’avais rien trouvé et avais alors décidé de laisser une trace, de documenter mon expérience, au bénéfice de futurs globetrotters et ce tout en laissant ma famille et mes amis profiter de ce périple d’une vie. Je finissais mon master à Paris et entre deux cours (et même pendant), je traçais une carte du monde sur Google Maps. Ce blog était né.

Un tour du monde, quelques récompenses, beaucoup de kilomètres parcourus depuis mes 23 ans et un bilan carbone pas top du coup c’est vrai.

Beaucoup de choses ont changé depuis. Pour le meilleur comme pour le pire, c’est aussi vrai. L’avènement du digital, l’arrivée des marques et des offices de tourisme au coeur du contenu des bloggeurs voyage. Oui, du voyage ! Rien d’étonnant même si cet univers avait pendant un certain moment été épargné. Je ne jète pas la pierre – j’en ai beaucoup profité – car le « content marketing » c’est le sens de l’histoire (et accessoirement aussi une composante de mon métier, vous voyez le genre). Ça nous réservera toujours de très belles surprises à condition que les opérations soient habilement orchestrées . Certains bloggueurs ont réussi à faire des choses très chouettes d’ailleurs, c’est important de le dire. Il y a eu des initiatives de génie. Mais il y a eu aussi des dérapages. Batailles d’égos, courses au « like », formations de clans, jalousie, coups bas…C’est une parenthèse qui m’ulcère : le fait d’apprendre qu’on puisse m’attribuer l’achat de followers sur Twitter. C’est faux, je n’ai jamais investi le moindre centime sur ce réseau social et si vous pensez que cette image est truquée, je vous invite à vérifier vous-même. Sincèrement. Qu’on en finisse. Que les personnes ayant pu colporter autant de bêtise puisse transpirer de honte et de confusion.

Ces phénomènes se situent aux antipodes des valeurs de partage et de tolérance que le voyage est censé inculquer, vous en conviendrez. C’est ce côté obscur qui porte parfois préjudice au vrai contenu qu’un blog a pour mission d’apporter. Game over. Le nombrilisme a gagné.

Vous l’avez très certainement remarqué, je suis beaucoup moins actif sur ce blog depuis quelques mois et pour cause, je me consacre à un nouveau projet. Un projet qui a demandé de grands sacrifices et que je devrais pouvoir vous révéler tout bientôt.

Mais pas maintenant.

En parallèle d’une vie assez trépidante ces derniers temps, je finalise aussi le projet Sur la route de mes ancêtres tourné au Vietnam l’année dernière, pour lequel nous avions réussi à lever 3 500 euros et que je souhaite vraiment pouvoir livrer au plus vite aux contributeurs.

Mais je m’égare.

J’ai fait des centaines de rencontres grâce à ce blog, je pense peser ces mots. Des lecteurs (dont certains sont devenus des amis), des blogueurs (dont un noyau dur d’irréductibles qui se reconnaitront, que je suis avec toujours autant de plaisir, et qui m’ont tous beaucoup apporté), des journalistes, des marques (j’ai dit que je ne jetais pas la pierre !), des employeurs…J’ai aussi écris de très belles pages de ma vie grâce à lui. Une fois encore, les personnes concernées se reconnaitront.

L’écriture me passionne et me passionnera toujours. Quelle joie d’avoir pu, au fil de toutes ces années, retranscrire ces aventures ici-même. Mais au fil du temps, le digital a pris une place bien plus importante dans ma vie et j’évoluerai donc dans ce sens. Je resterai actif sur Facebook, Twitter et Instagram et continuerai de publier photos et vidéos, évidemment. Parce que c’est ce qui m’anime, qui me passionne et qu’en parallèle je ne pourrais jamais m’arrêter d’échanger et de partager autour de l’aventure au sens large. Si je me suis aujourd’hui quelque peu sédentarisé, je n’aspire aujourd’hui qu’à continuer de voyager, mais à mon rythme.

Merci à tous ceux qui ont contribué à la vie de cet espace numérique. Pour votre soutien indefectible, vos encouragements, la passion que vous avez réussi à mettre dans vos commentaires depuis près de 8 ans maintenant, dans vos messages d’encouragements, dans vos tweets, dans vos emails, dans vos coups de téléphone (oui, c’est arrivé !).

Je conserve précieusement l’ensemble des lettres que j’ai reçu depuis toutes ces années. C’est pour moi, et de loin, la plus belle preuve de reconnaissance. J’en relierai dans quelques dizaines d’années et on rigolera tellement qu’on en fera tomber le dentier !

Vous ne pouvez pas imaginer la nostalgie que j’ai d’écrire ces lignes. Mais il n’y a pas de tristesse. « It’s time to move forward » comme dirait l’autre.

Et en plus, j’ai un dernier cadeau pour vous.

Je suis heureux de vous offrir le film Backpacker, gratuitement, sans pubs, en intégralité. L’ultime témoignage de ce tour du monde qu’il m’a été donné de vivre en 2009. Un voyage gravé à jamais que je vous souhaite à tous d’avoir la chance de vivre un jour ou l’autre.

Ce long métrage – réalisé en 2010 et hébergé depuis gracieusement par mon fidèle ami Pierre Jollet (que je ne remercierai d’ailleurs jamais assez pour être quelqu’un d’aussi extra) – est rentabilisé depuis longtemps et même si l’argent n’a jamais été un leitmotiv, il a permis pendant des années de collecter de l’argent au profit d’associations humanitaires. Aujourd’hui, cela fait exactement 5 ans jour pour jour que le film a été finalisé. Hasard symbolique qui donne tout de même un petit coup de vieux. 5 mois de travail à temps complet ont été nécessaires pour arriver au bout de ce projet et dans la mesure ou j’en détiens tous les droits, je suis fier aujourd’hui de lui faire faire ses premiers pas dans le « domaine public ».

Enfin premier pas, pas tout à fait. Il y a quelques années, je l’avais trouvé sous la forme d’un fichier torrent. Ça m’avait fichu un coup :)

Qu’il vous donne envie de parcourir le monde, de bousculer les frontières. Bref, de vous barrer.

Ce blog restera en ligne car c’était ça, à l’origine, son objectif premier: donner quelques conseils et permettre à l’internaute en quête d’aventure de pouvoir s’évader quelques instants. Et c’est aussi pour cela que le voyage ne mourra jamais.

Il y a tellement de choses excitantes à venir ! Vous ai-je parlé de fin ? Ce n’en est pas véritablement une. Je lève mon verre les amis. À la votre ! Et vous embrasse affectueusement.

À bientôt, sur la route où ailleurs.

Romain

[Concours] Gagnez une valise Lojel

Ces dernières années, j’ai énormément voyagé au sac à dos. Normal, être backpacker c’est un état d’esprit et difficile de se défaire de la commodité d’un sac à dos qu’on a pas peur d’abimer ni d’emmener dans les situations les plus aventureuses.

Mais ces dernières années également, je me suis surpris à devoir partir pour des roadtrips un peu moins roots et où parfois un peu de confort était de rigueur. Il m’arrivait alors de troquer backpack contre valise à roulette. « Scandale ! » pensez-vous !

Rassurez-vous, j’ai tenté tant bien que mal de conserver un côté « aventure » au gré de ces déplacements : avant, je disposais d’une valise avec une fermeture cassée et qui s’ouvrait assez régulièrement. Pile au moment où il ne fallait pas d’ailleurs. C’était parfois devenu un running gag au moment de la placer dans le compartiment au dessus des sièges de l’avion. Mais ça, c’était avant. Et mes compagnons de voyages peuvent souffler…

(La suite …)

72 heures à Marrakech

Ce voyage à Marrakech, je l’ai planifié, repoussé. Re-planifié puis re-repoussé. Pour finalement franchir le cap un beau matin de Mars 2015, alors que le thermomètre faisait grise mine en France.

C’était mon 3ème voyage dans le pays, la première depuis cette fantastique odyssée vécue avec mon père en 2012. C’était aussi et surtout la première fois que je me retrouvais en plein cœur d’un endroit réputé très touristique du pays, ayant toujours historiquement navigué hors des sentiers battus…Et je vous propose aujourd’hui ce voyage en vidéo !

« Arnaquesh »

Forcément, on l’entend assez souvent. C’est l’amusant surnom donné à la ville par les locaux, ou les voyageurs habitués. Vous l’aurez compris, face à l’important flux de touristes qui se déverse continuellement dans la ville, la tentation est grande pour certains commerçants de vouloir en tirer un business très lucratif…

(La suite …)

Un avant goût Vietnamien

Il s’est passé beaucoup de choses ces deniers jours.

Depuis que je suis revenu du Vietnam, je n’ai à vrai dire pas chômé. Il faudra revenir prochainement sur l’action de crowdfunding menée entre Décembre et fin Janvier car la démarche mérite bien qu’on s’y attarde. Ses difficultés, ses surprises et ses déceptions, croyez-moi il y a des choses à dire et j’espère bien pouvoir vous apporter quelques tuyaux si vous décidez de vous lancer un jour dans une entreprise de ce type.

Mais venons-en au fait. En milieu de semaine, j’ai tout d’abord appris que WeKapture, société de production parisienne, s’associait au projet de film et allait prendre en charge l’étalonnage et le motion design.

Dans son incroyable élan de générosité, cette société a décidé de faire un don de 600 euros à l’association Sourire du Vietnam. OUI, 600 EUROS ! À ce jour, je suis donc fier d’annoncer que ce projet a permis de lever 712 euros pour l’association et je vous laisse imaginer la joie de notre petite troupe. Un début de partenariat fertile donc, qui n’est que le début d’une action dans la durée (affaire à suivre 😉 )

Côté réalisation, Je suis ravi d’entreprendre à nouveau une collaboration avec ma soeur – monteuse de profession – qui va prendre en charge la partie montage du film. Le compositeur de Backpacker sera également de la partie avec une bande son composée sur-mesure. Enfin, j’ai débuté une petite révolution, abandonnant finalement Final Cut Pro pour me mettre (avec beaucoup d’enthousiasme) à Première Pro.

Je serai à Aix-en-Provence le week-end prochain pour finaliser le tournage du film. La sortie de ce dernier aura lieu cet été – si tout se déroule bien – et je souhaitais vous offrir un petit aperçu des images capturées durant ces 15 jours de folle aventure. Bon dimanche !

Rendez-vous au Salon du Tourisme de Lyon !

Depuis quelques années, certains salons rivalisent d’imagination pour créer de nouveaux espaces de rencontre. Les Salons du Tourisme font partis de ceux là et me proposent cette année de coanimer à Lyon un espacé dédié aux Tours du Monde.

Et avec des invités de marque, comme notamment le trio Solidream, rendu dernièrement célèbre avec la sortie d’un superbe film retraçant 3 ans de défis entre amis à travers la planète. Pour rappel et si vous êtes passés à côté…

Durant cette escale de 3 jours, j’aurai l’occasion et le privilège d’animer un petit atelier sur le thème de « l’organisation d’un voyage au long cours », Vendredi 27 Mars de 14h à 14h30 à la Halle Tony Garnier. Sympa, le salon met à votre disposition des invitations gratuites. Pour récupérer la votre, il vous suffit de cliquer sur l’image ci-dessous.

Ce genre de manifestations me sont chères et pour cause, on y croise beaucoup de gens passionnants et on se charge d’images et de rêves pour un moment. Un vrai moment propice au partage, à la rencontre et au voyage ! Alors vous venez ?

Sur la route de mes ancêtres

Un projet de film participatif et solidaire, c’est possible ?

À vrai dire, j’ai quelque peu hésité avant de me lancer. Après avoir participé au financement de quelques projets similaires (notamment le deuxième épisode de la série On Plie Bagage de Tania Houlbert) et effectué un rapide sondage sur Facebook, je me suis dit qu’au final, il ne coutait rien de tenter ma première expérience crownfunding en offrant des contreparties originale et intéressantes. Après tout, c’est la mode n’est-ce-pas ?

Cette fois-ci, c’est au Vietnam que je souhaite vous amener. Sur la route de mes ancêtres. Enfin, ceux de David plus exactement. David, c’est un ami à l’origine d’un projet un peu dingue : effectuer un roadtrip en moto de près de 1 000 km avec en point d’orge la rencontre de membres de sa famille qu’il ne connaît pas.

La plongée au coeur d’un pays fantastique, à travers rizières et montagnes mais romancée à travers l’histoire d’une quête vers l’inconnu pour David et 4 de ses amis.

Photo : Madame-Oreille.com

À propos de la réalisation en elle-même. Au cours de mes dernières expériences en la matière, j’ai pu avoir un aperçu du travail qu’un projet de ce type peut représenter. 5 mois par intermittence et 6 mois à temps complet ont par exemple été nécessaires pour réaliser respectivement les films Inch’Allah – La route du Sud et Backpacker, en 2010 et 2014…

Un travail de titan pensé en amont qui ne m’effraie pas mais qui demande des sacrifices certains, à la base sur le plan financier. Une pression non négligeable par ailleurs, compte tenu de l’aspect professionnel que je souhaite donner à ce reportage, afin que chacun puisse avoir le sentiment de voyager à nos côtés.

J’ai souhaité avant tout rendre ce film très accessible et le ticket d’entrée est volontairement bas: 6 euros.

À mes habitudes, j’ai voulu donner une dimension solidaire à ce projet et j’insiste bien sur ce point. Si vous me suivez depuis quelques temps, vous savez que chaque défi compte ses engagements ! Dans le cadre du financement participatif et pour chaque soutien du projet, je m’engage à reverser la somme d’un euro à l’association de la région Lyonnaise Sourire du Vietnam, qui œuvre sur place dans le but d’apporter une aide humanitaire, sociale et éducative aux enfants du pays.

Attention, comme sur Ulule, il faut aller au bout de la collecte pour toucher les fonds, je me laisse ainsi jusqu’à Noël pour juger de la capacité du projet à être financé et donc partir dans l’optique d’une réalisation. Le décompte est donc lancé jusqu’au 25 Décembre, même si la collecte ne prendra en réalité fin qu’à la fin du mois de Janvier.

Pour découvrir le synopsis du film et le projet dans son intégralité, cliquez ci-dessous ! Merci par avance pour votre aide, vos soutiens et relais, à quelque niveau que ce soit.