Un avant goût Vietnamien

Il s’est passé beaucoup de choses ces deniers jours.

Depuis que je suis revenu du Vietnam, je n’ai à vrai dire pas chômé. Il faudra revenir prochainement sur l’action de crowdfunding menée entre Décembre et fin Janvier car la démarche mérite bien qu’on s’y attarde. Ses difficultés, ses surprises et ses déceptions, croyez-moi il y a des choses à dire et j’espère bien pouvoir vous apporter quelques tuyaux si vous décidez de vous lancer un jour dans une entreprise de ce type.

Mais venons-en au fait. En milieu de semaine, j’ai tout d’abord appris que WeKapture, société de production parisienne, s’associait au projet de film et allait prendre en charge l’étalonnage et le motion design.

Dans son incroyable élan de générosité, cette société a décidé de faire un don de 600 euros à l’association Sourire du Vietnam. OUI, 600 EUROS ! À ce jour, je suis donc fier d’annoncer que ce projet a permis de lever 712 euros pour l’association et je vous laisse imaginer la joie de notre petite troupe. Un début de partenariat fertile donc, qui n’est que le début d’une action dans la durée (affaire à suivre 😉 )

Côté réalisation, Je suis ravi d’entreprendre à nouveau une collaboration avec ma soeur – monteuse de profession – qui va prendre en charge la partie montage du film. Le compositeur de Backpacker sera également de la partie avec une bande son composée sur-mesure. Enfin, j’ai débuté une petite révolution, abandonnant finalement Final Cut Pro pour me mettre (avec beaucoup d’enthousiasme) à Première Pro.

Je serai à Aix-en-Provence le week-end prochain pour finaliser le tournage du film. La sortie de ce dernier aura lieu cet été – si tout se déroule bien – et je souhaitais vous offrir un petit aperçu des images capturées durant ces 15 jours de folle aventure. Bon dimanche !

Sur la route de mes ancêtres

Un projet de film participatif et solidaire, c’est possible ?

À vrai dire, j’ai quelque peu hésité avant de me lancer. Après avoir participé au financement de quelques projets similaires (notamment le deuxième épisode de la série On Plie Bagage de Tania Houlbert) et effectué un rapide sondage sur Facebook, je me suis dit qu’au final, il ne coutait rien de tenter ma première expérience crownfunding en offrant des contreparties originale et intéressantes. Après tout, c’est la mode n’est-ce-pas ?

Cette fois-ci, c’est au Vietnam que je souhaite vous amener. Sur la route de mes ancêtres. Enfin, ceux de David plus exactement. David, c’est un ami à l’origine d’un projet un peu dingue : effectuer un roadtrip en moto de près de 1 000 km avec en point d’orge la rencontre de membres de sa famille qu’il ne connaît pas.

La plongée au coeur d’un pays fantastique, à travers rizières et montagnes mais romancée à travers l’histoire d’une quête vers l’inconnu pour David et 4 de ses amis.

Photo : Madame-Oreille.com

À propos de la réalisation en elle-même. Au cours de mes dernières expériences en la matière, j’ai pu avoir un aperçu du travail qu’un projet de ce type peut représenter. 5 mois par intermittence et 6 mois à temps complet ont par exemple été nécessaires pour réaliser respectivement les films Inch’Allah – La route du Sud et Backpacker, en 2010 et 2014…

Un travail de titan pensé en amont qui ne m’effraie pas mais qui demande des sacrifices certains, à la base sur le plan financier. Une pression non négligeable par ailleurs, compte tenu de l’aspect professionnel que je souhaite donner à ce reportage, afin que chacun puisse avoir le sentiment de voyager à nos côtés.

J’ai souhaité avant tout rendre ce film très accessible et le ticket d’entrée est volontairement bas: 6 euros.

À mes habitudes, j’ai voulu donner une dimension solidaire à ce projet et j’insiste bien sur ce point. Si vous me suivez depuis quelques temps, vous savez que chaque défi compte ses engagements ! Dans le cadre du financement participatif et pour chaque soutien du projet, je m’engage à reverser la somme d’un euro à l’association de la région Lyonnaise Sourire du Vietnam, qui œuvre sur place dans le but d’apporter une aide humanitaire, sociale et éducative aux enfants du pays.

Attention, comme sur Ulule, il faut aller au bout de la collecte pour toucher les fonds, je me laisse ainsi jusqu’à Noël pour juger de la capacité du projet à être financé et donc partir dans l’optique d’une réalisation. Le décompte est donc lancé jusqu’au 25 Décembre, même si la collecte ne prendra en réalité fin qu’à la fin du mois de Janvier.

Pour découvrir le synopsis du film et le projet dans son intégralité, cliquez ci-dessous ! Merci par avance pour votre aide, vos soutiens et relais, à quelque niveau que ce soit.

6 mois en Guinée avec les chimpanzés

Cette vidéo est une compilation de 6 mois de vidéos réalisées par Lorène, une de mes meilleures amies, volontaire au sein du Centre de Conservation pour Chimpanzés (CCC) en Guinée. Situé au cœur du Parc national du haut Niger depuis 1997, le CCC est un sanctuaire qui recueille les chimpanzés orphelins issus du trafic illégal et les réhabilite à la vie sauvage afin de les relâcher dans la forêt.

Pendant ses 6 mois au CCC, Lorène a été la « maman de substitution » de 5 jeunes chimpanzés orphelins victimes du trafic illégal, et a eu comme mission de les accompagner en brousse chaque jour pour leur faire découvrir la forêt et leur apprendre, notamment, à trouver de la nourriture et à tisser des liens sociaux. Cette vidéo retrace le quotidien de Tango, Tya, Sam, Baïlo et Labé, la découverte de la forêt, leur apprentissage du cassage de haricot et de l’épouillage, leurs jeux, leurs bagarres et leurs moments de tendresse. On y découvre aussi les autres pensionnaires du centre, des chimpanzés plus âgés qui ne sortent plus en brousse avec les soigneurs, mais vivent dans leur enclos, en attendant leur prochain relâcher dans la forêt.

Les chimpanzés du CCC sont tous des victimes du trafic illégal et ont été recueillis suite à une saisie auprès de trafiquants ou de particuliers. Pour chaque bébé capturé par les braconniers, on estime que 10 chimpanzés adultes ont été tués. Les chimpanzés ne sont pas des animaux de compagnie et deviennent ingérables en grandissant. Ils ne peuvent en effet pas être domestiqués. Acheter ou détenir un chimpanzé est puni d’une peine de prison et d’une amende en Guinée mais le trafic illégal est encore considérable aujourd’hui. Un nombre très important de chimpanzés sont en effet illégalement exportés du territoire guinéen vers la Chine ou des pays occidentaux.

Au gré de mes voyages, je n’ai jamais été confronté de façon directe à cette terrible problématique qu’est le braconnage, néanmoins je me suis toujours intéressé via les médias au devenir de certaines espèces menacées. Découvrir l’aventure menée par Lorène au cœur de la brousse est aujourd’hui une piqure de rappel nécessaire à propos de la protection des espèces en danger.

Pour en savoir plus sur le Centre de Conservation pour Chimpanzés, cliquez ici. Vous pouvez aussi suivre l’actualité du CCC sur Facebook !

Le tour du monde en train de Sacha

Pour mettre un peu de soleil dans votre week-end et ainsi finir la semaine en beauté, c’est une belle histoire que je vais à présent vous raconter. Celle d’un garçon âgé de 13 ans, Sacha, atteint d’une maladie génétique rare: le syndrome de Williams Beuren.

Sacha est un amoureux des trains. Un jour, son papa Franck – photographe de métier – lui a promis qu’ils allaient partir faire le tour du monde en train tous les deux. 45 195 km de rails plus précisément. Des gens se sont mobilisés, un site web a été créé, une association a même été créé dans le but de soutenir des initiatives similaires et porter le rêve de personnes comme Sacha. Et aujourd’hui, ils se sont fixés une date de départ : le 10 Mai 2012.

(La suite …)

Where’s Wallace ?

Ces derniers temps, j’ai été pas mal occupé. J’ai déménagé à Londres ou je travaille jusqu’à fin Mars chez BBH. Une expérience unique dans une ville que je commence maintenant à connaître un peu mieux. Et l’autre jour, j’ai fait une rencontre aussi hasardeuse qu’intéressante. Pour tout vous dire, je rentrais du travail lorsque du deuxième étage du bus j’ai remarqué un homme marchant avec des bâtons, un gros sac à dos sur les épaules ainsi qu’un drapeau mentionnant « Where’s Wallace ?« . Sa barbe de quelques mois m’a intrigué et en rentrant chez moi, j’ai lancé mes recherches qui se sont vite révélé fructueuses.

Wallace

Wallace est un anglais âgé de 30 ans qui est parti le 24 Septembre dernier depuis le nord de l’Écosse pour rallier l’extrême sud-ouest de l’Angleterre. Plus de 2600 km de marche en soutien à la recherche contre le cancer. Une démarche pour sensibiliser la population à l’effort de l’organisme Cancer Research UK qui est payante puisque notre backpacker a déjà récolté près de 15 000 £, soit l’équivalent de 18 000 €…Une sacrée somme qui impose le respect !

Wallace

J’ai donc contacté Wallace via Twitter et l’ai rencontré pour la première fois lors d’une soirée organisée lors de son passage à Londres. Notre ami ne manque pas d’idée et avait organisé une tombola ainsi qu’une vente aux enchères (plus de 3000 £ ont été récoltés lors de cette soirée) au profit de la cause qu’il défend. J’ai été tellement impressionné par ce qu’il fait que je lui ai proposé de l’accompagner lors de son ultime marche londonienne samedi dernier. L’idée étant en plus de lui tenir compagnie de réaliser un petit film afin de l’aider dans sa collecte de fonds. Je suis par ailleurs fier de vous annoncer que l’argent récolté via la vente de mon film Backpacker ira directement à la recherche contre le cancer pendant les 4 prochains mois.

Je vous serai vraiment reconnaissant de bien vouloir faire tourner au maximum cette vidéo: Wallace est vraiment quelqu’un d’exceptionnel et mérite le maximum de soutien. À vos marques…Prêts ? Partagez !

Une collecte pour la Jamaïque

Alors que je venais de partir effectuer mon tour du monde fin 2008, je vous parlais sur le blog d’Emeline et de Jérôme. Mariés depuis peu (félicitation !), ils se sont fixé un nouvel objectif et pas des moindres: un voyage de noce hors des sentiers battus à la rencontre d’une école. Avec en tête l’idée de leur apporter du matériel sportif et de subvenir à des besoins que l’on imagine importants. Une collecte d’équipements a déjà eu lieu, mais ils sont à présent à la recherche de généreux donateurs pour avancer.

L’objectif initial est atteint depuis peu, mais la bonne nouvelle, c’est que le surplus va désormais servir au financement de fournitures scolaires. La vidéo réalisée pour l’occasion vous en dira un peu plus sur leurs intentions.

La collecte est mise en place par la biais d’une association (en cours de création) et desservira  une école de Saint-Thomas en Jamaïque. Je ne pouvais donc que relayer cette initiative et vous encourager à la joindre sur leur page Ulule ! Et pour information, vous pouvez également les suivre sur leur blog.

12