Après mon passage éclair à Phnom Penh (ou nous avons malgré tout eu le temps de bien profiter), j’étais sur la route de Siemp Reap, la ville que côtoie les ruines des temples d’Angkor.

Une fois Siem Reap quittée et lorsque vous commencez à pénétrer dans l’immense forêt, vous ne pensez qu’à une chose. Cette fameuse image que vous avez vu de nombreuses fois en photos. Bientôt vous serez devant…

Angkor Wat

A Phnom Penh, nous avions sympathisé avec notre chauffeur de Tuc-Tuc, qui se trouvait avoir un cousin également dans le métier à Siem Reap ! Autant vous dire qu’en arrivant sur place, je n’étais pas perdu…

J’ai lié une vrai relation avec son cousin, un dénommé Malay, qui m’apprennais le khmer, tandis que je le briefais en français. Il avait apparemment rencontré pas mal de français car il parlait un peu. Malay était loin du local qui fera tout pour vous faire payer. Je le payais normalement, et il était apparemment très satisfait de l’échange que nous avions. Malay est un homme simple et il aimait beaucoup rire.

En compagnie de Malay à l’entrée d’Angkor

En pratique, impossible de rater l’entrée du plus célèbre des temples : Angkor Wat (ou Vat). Il s’agit d’une part du plus grand complexe d’Angkor, mais il se situe dès l’entrée du site. En lui-même, ce temple est la représentation de l’architecture classique khmère.

Il est aujourd’hui sans surprise le site le plus touristique du Cambodge et Angkor Wat est même devenu un symbole pour le pays, puisqu’il est également présent sur son drapeau.

Le drapeau Cambodgien

Angkor aurait été fondé au IXème siècle . Les scientifiques estiment en revanche qu’une présence sur place remonterait à l’age de bronze. On retient qu’Angkor était l’ancienne capitale de l’Empire Khmer (présent du IXème au XVème siècle). Les raisons de son déclin sont encore très méconnues mais certaines théories feraient état d’une perte du contrôle de l’eau (les habitants avaient pour habitude de stocker les réserves en eau lors des déluges) combinée à des sécheresses grandissantes.

Angkor Thom

Angkor est un large complexe archéologique et en témoigne un nombre important de sites. Pour ma part, j’aurai l’occasion en deux jours de bien visiter Angkor Wat donc, mais aussi Phnom Bakheng, qui fut le premier temple bâti sur le site d’Angkor. Ce temple est très apprécié des touristes à la nuit tombée car sa hauteur (attention aux marches en redescendant d’ailleurs !) lui donne une vue imprenable sur le soleil couchant. Les plus faignants et naïfs choisiront une montée en éléphant depuis le bas (je dis « naïfs » car à 20 dollars le quart d’heure d’éléphant…).

Angkor Thom restera pour moi le plus impressionnant, de par sa structure relativement étroite de l’intérieur et de la taille de ses statues. Un véritable chef d’oeuvre d’exécution.

Il ne vous restera plus qu’à rentrer, non sans avoir oublié de donner votre sang à l’hôpital de campagne situé entre les ruines et le centre de Siem Reap. Je vous garantie que c’est clean, OK ?