Il y a ces endroits dans le monde, ces curiosités géologiques ou architecturales, qui vous trottent dans la tête. Ces mêmes endroits ou vous êtes parfois promis de mettre les pieds un jour.

Avant de partir, j’avais justement dans la tête la Statue de la Liberté, Monument Valley et le Golden Gate, le Machu Picchu bien entendu ou encore le Corcovado de Rio et sa non moins célèbre plage de Copacabana. Les chutes d’Iguazu, celles du Niagara ainsi que l’Opera House de Sydney bien sûr, sans oublier le Taj Mahal, les Petronas Tower de Kuala Lumpur, le fabuleux complexe d’Angkor Wat au Cambodge, la place Tien Amen de Beijing…A la veille de mon retour en France, plus exactement 365 jours après mon départ de Paris en 2008, je pense avoir respecté le contrat.

Parmi tous ces « fantasmes visuels » qui nourrissaient ma soif de connaissance, j’avais inclu volontiers la fameuse place rouge de Moscou.

Arrivé dans la capitale russe en compagnie de Rob et Aylsa, deux voyageurs Australiens d’une trentaine d’années et que j’avais rencontré en Mongolie, je m’étais plus ou moins précipité au coeur de la ville, en bordure du Kremlin, pour admirer le spectacle. Ce spectacle qui toute votre enfance à nourri vos stéréotypes à propos de la Russie et qui enfin se dresse là, face à vous…