Je dois dire que ça m’a fait un petit quelque chose de retourner passer quelques jours à Montréal. Et pour cause : la ville avait été une étape forte de mon tour du monde en 2009. Forcément, c’était la premièreme direz-vous – . Mais pas que - vous répondrais-je.

Montreal

Lors de cette semaine passée au Canada, j’ai trouvé que peu de choses avaient changé par rapport à mes impressions passées. A commencer par l’accueil légendaire Canadien.

D’ailleurs, c’est dingue comme je me suis senti tout bête à mon retour en France quand il a fallu à nouveau vouvoyer l’inconnu de la rue, comme je me suis senti seul lorsqu’il n’y avait plus personne pour se moquer de mon accent français…

Avec mes collègues du World Party Tour, nous avons eu la chance, entre autre, de nous voir proposer une visite guidée de la ville (un GRAND merci au Ministère du Tourisme du Québec et à la Comission Canadienne du Tourisme).

L’occasion d’en apprendre un peu plus sur certaines parties de la ville qui m’étaient inconnues, à commencer par le Réseau, la fameuse ville souterraine de Montréal (croyez-le ou non, je n’y avais quasiment jamais mis les pieds il y a 2 ans et demi) depuis laquelle on se sent tout petit par rapport aux buildings avoisinants.

Reseau Montreal

D’ailleurs, Ruby notre guide en a profité pour nous rappeler à quel point les européens étaient naïfs – moi le premier – de croire que ces galeries avaient été imaginées dans l’unique but de couper la population de l’hiver assassin.

Nous avons pu également admirer la splendide vue sur la ville depuis le parc Jean Drapeau (accessible avec la ligne jaune du métro, à seulement une station de la centrale Berry-Uqam).

Je vous encourage à vous y rendre à la tombée de la nuit ou encore les week-ends à l’occasion des Piknik Elektronik qui y sont organisés (tout comme à vous rendrez aux Tams-Tams du Mont Royal (chaque dimanche d’Avril à Octobre au pied de la statue George-Étienne Cartier).

Montreal

C’est aussi tout près de ce parc que se situe le circuit de Formule 1 Gilles Villeneuve (ou se déroule en ce moment même le Grand Prix de F1 de Montréal)

Au final, tandis que je pesais les plus et les moins du Montréal à -30°C avec celui du Montréal qui flirte avec les +30°C, je me satisfaisais à l’idée de pouvoir retrouver dans cette ville la même atmosphère chaleureuse si propice à la rencontre. Cette ambiance si particulière qui m’avait conquise lors de me mon premier séjour ici-même.

Et alors que tout me semblait d’un coup si familier et identique, les lieux prirent petit à petit un sens différent.

Je me suis attardé à me perdre dans l’éclatant reflet des buildings du centre ville. Ou plutôt celui qui sortait du lot et près duquel je me plaisais à trouver un peu de calme à mes heures perdues.

Je me suis donc revu là, sur ce banc dans le froid polaire, à ne pas vraiment savoir ce que je faisais à 6000 kilomètres de chez moi. Les cheveux outrageusement longs. Un fameux 2 Décembre 2008.

J’ai vu tout un paquet de choses dans l’imposante vitre opaque de ce gratte-ciel. Repoussant les limites de ma mémoire, j’ai traversé le temps et l’océan une deuxième fois. Troqué ma valise et cet hôtel de luxe de Montréal et ma chemise pour un sac à dos et un vieux t-shirt troué.

Soudain, à la manière d’un calque photoshop, j’ai vidé de ma vue cette horde de businessmen venu luncher au soleil pour ne laisser apparaître que mes souvenirs de backpacker halluciné et déconnecté.

Et calmement, alors que le silence avait enfin envahi la place, je décidais de m’accorder une dernière danse virtuelle avec ces magnifiques statues de bronze.