Le Chili était la dernière étape de mon voyage en Amérique du Sud, mais de façon plus large du continent Américain tout entier. Ce pays à la forme allongée compte 16,5 millions d’habitants, dont 7 millions pour Santiago et sa banlieue ! Et d’ailleurs, à l’image du sud de l’Argentine, on peut parfois se sentir bien seul dans le pays…

Le palais présidentiel à Santiago

Manque de chance, j’ai essuyé une vilaine grippe toute la semaine (très sûrement contractée dans le froid d’Ushuaïa). Bon, il n’était pas non plus question de rester au chaud en permanence, j’en avais vu d’autres ! Petit tour en vidéo dans le pays aujourd’hui pour vous…

Lors de mon passage en Patagonie, j’avais fait un détour à Punta Arenas (une des villes les plus au sud du pays) pour y racheter ma nouvelle caméra. Si vous êtes dans le coin, il peut être intéressant de vous rendre à la Zona Franca, zone commerciale hors taxe ou vous trouverez votre bonheur en matériel hi-fi et numérique. Il y a également deux grands supermarchés qui habitent le secteur.

Hormis ce côté là, je ne recommande pas spécialement Punta Arenas, dans le sens ou j’ai trouvé qu’il n’y avait pas grand chose à faire.

Néanmoins, si vous avez quelques jours devant vous, voilà quelque chose à ne pas manquer : la « croisière » Punta Arenas – Ushuaïa. Croisière est un bien grand mot, car en faisant une recherche sur le site internet d’Austral Brom, la compagnie qui organise la traversée, vous vous appercevez à quel point c’est rustique !

Pour un prix fixé à 175 dollars US (prix comprenant un fauteuil). Pour quelques dizaines de dollars de plus (35 exactement) , il vous sera donner de bénéficier d’une couchette.

Notez que les départs s’effectuent uniquement les Mercredi, pour une un temps approximatif de 3 jours, deux nuits.

Très mauvais timing pour moi dans le sens ou mon avion pour rentrer sur Buenos Aires étant planifié un Vendredi en milieu d’après-midi, il m’était impossible de prendre part à cette excursion. C’est un de mes gros regrets car lorsque j’effectuais ma veille sur le trip en question, la toile entière était unanime : les paysages somptueux du Canal de Beagle valent le détour.

Comme on ne peut pas toujours tout faire (et c’est une bonne chose, sinon la vie serait bien frustrante…), je choisirai à la place le bus (dont vous pouvez voir un bout du trajet sur la vidéo d’Ushuaïa).

Mis à part le Sud, mon séjour au Chili s’est principalement concentré autour de Santiago, faute de temps et de forme physique. Et que dire d’ailleurs à propos de Santiago ?

J’ai un peu l’impression de me répéter parfois, mais c’est quelque chose de bien réel : à l’image de l’Amérique du Sud en général, les chiliens sont très accueillant. Au moment de partir à l’aéroport en quittant le pays, mon chauffeur de taxi me laissera même un souvenir extraordinaire en répétant consciencieusement ce que j’étais entrain de lui apprendre en français.

A Santiago, j’ai aimé me balader dans le parc Cerro Santa Lucia. Au milieu des allés parfois étroites, vous rencontrerez un nombre considérable d’espèce végétales en provenance du monde entier.

Cerro Santa Lucia

En vous rendant au sommet, vous pourrez y apprécier une vue assez sympathique sur la ville ainsi que sur les Andes.

Vue sur les Andes

Au niveau gastronomie, je vous recommande un excellent restaurant, le Patagonia, situé à deux pas du Cerro Santa Lucia. Vous risquez d’y rencontrer un peu d’attente, mais le jeu en vaudra la chandelle.

C’était mon dernier repas sur le sol Américain, celui d’Alex aussi (un Allemand rencontré à l’hostel et qui repartait en direction de Munich), nous nous sommes donc fait plaisir. Pour une fois, ça changeait des Empanadas quotidiens achetés dans la rue !

Bravant ma grippe et le froid sur place, j’ai aussi pris le temps de partir à Valparaíso, petite ville en bordure de l’océan pacifique, et située à seulement 1h30 de bus de Santiago. Une Irlandaise rencontrée à Rio de Janeiro m’en avait parlé comme son endroit favori en amérique du sud. Je n’irai de mon côté pas jusque là, même si j’ai retrouvé dans cette charmante ville un beau bilan de l’Amérique Latine et de ses couleurs. La preuve en images dans la vidéo du jour, comme d’habitude.

Valparaíso

Si vous vous rendez au Chili, vous ferez peut-être cette observation radicale : l’accent employé par les habitants ! Les mots sont souvent mâchés, ils parlent très vite et utilisent assez souvent leurs propres locutions !

C’est d’ailleurs drôle et frustrant à la fois, car si je me suis plongé dans l’espagnol (il y a maintenant 4 mois en arrière) à Tijuana au Mexique en galérant copieusement les premiers jours, je ressenti parfois la même difficulté au Chili sur mes derniers jours hispanophones.

Prochaine destination en images: L’Australie, à commencer par Sydney, ou je me trouve en ce moment.