Nous y étions donc voilà ! le bout de la route Vietnamienne, du moins la notre ! J’avais rendez-vous à Saigon avec Jon (souvenez-vous, l’autre voyageur avec qui j’avais déjà passé 2 semaines en Thaïlande, quelques jours à Hanoi) pour pouvoir prendre la route du Cambodge ensemble.

Crédit photo : Wikipédia

La fois à Hanoi d’ailleurs et tradition oblige, il m’attendit à l’auberge de jeunesse, même avec mes heures de retard. Il faut dire que quand il a débarqué à Koh Paghan, je l’attendais sur le parking en compagnie de Nastasia et d’Anne, ces deux belges ultra géniales que j’avais rencontré deux jours auparavant, au volant de notre jeep de location ! Nos retrouvailles (il était parti vers Koh Phi Phi et Krabi plonger un peu plus alors que moi je me trouvais en Malaysie puis à Singapour) furent pleines de sincérité et pour cause : je crois n’avoir jamais rencontré de tel partenaire de voyage, de « travel buddy » comme on dit, que Jon. Notre séjour (et ses galères) en Thaïlande, celui que nous vivions en ce moment même au Vietnam, sans compter celui du Cambodge qui arrivait juste derrière ont crées ces liens d’amitié indestructible…

Hotel de Ville, l’un des plus beaux bâtiments

Étranges retrouvailles ce soir là également car je partais à la découverte de la grande Saigon en compagnie de Mick (des Philippines, que j’avais rencontré plus d’un mois plus tôt à Bangkok), mais aussi de Caroline et Melanie, une Hollandaise et une Allemande rencontrées toute deux à Hanoi et Hue. Si vous rajoutez à cela le fait que deux autres Hollandaises rencontrées ce soir sont réapparues dans le même hotel que nous (qui pourtant ne figurait pas sur un guide), on peut dire que « le monde est petit« . CQFD.

Sachez tout de même que pour venir de Hue, j’ai effectué un trajet de presque 1 journée et demie en car ça m’avait rappelé les 48 heures pour descendre de Rio de Janeiro à l’Argentine de Buenos Aires !), suite aux nombreuses pannes du bus auxquelles nous avons été confrontés !

Rappelons d’abord que la ville d’Hô-Chi-Minh se prénomme ainsi depuis 1975, son précédent nom étant Saigon. La ville se situe également à proximité du delta du Mekong, ce qui est fait un point de passage privilégié pour le trafic maritime (et permet notamment de rejoindre le Cambodge par voie fluviale – je n’y ai pas eu droit mais j’en ai eu des échos incroyables).

L’opéra de l’ancienne Saigon

Je dirai que la ville semble beaucoup plus industrialisée qu’Hanoi par exemple. Dès mon arrivée dans la ville, les buildings éclairés m’ont semblés venir d’un autre monde au vu de ce que j’avais vu à Hoi An et même Danang.

En plein coeur d’Hô-Chi-Minh, j’y suis malheureusement arrivé un peu tard et tout m’a semblé étrangement vide. « Étrange », car moi qui m’attendait à un traffic pire qu’à Hanoi, et qui avait vu cette agitation à l’entrée de la ville, j’ai trouvé qu’il n’y avait pas foule…Cela dit, un peu de calme, qui s’en plaindrait ?

Voilà normalement comme cela doit-être la journée

Crédit photo : Wikipédia

Nous avons donc déambulés dans cette ville qui m’a paru au final plus petite qu’elle n’en avait l’air, même si nous sommes restés dans le centre. Les images, je vous les offre aujourd’hui, juste avant de vous embarquer très bientôt au royaume des temples d’Angkor : le fabuleux Cambodge.

Tạm biệt !

(Vous savez à présent dire au revoir en Vietnamien)